Actualités

Noirlac  : en attendant les jardins

25, 26 et 28 mai. Depuis trois ans, le Centre Culturel de Rencontre de Noirlac prépare la réalisation de ses jardins imaginés par Gilles Clément en associant les habitants du territoire par différentes actions culturelles. Lors de ce week-end et le mardi suivant, une restitution des travaux menés entre l’automne 2018 et le printemps 2019 est proposée sous forme de jardins, journal, installations et dégustations. Tarifs : 7 € / 4.50 € www.abbayedenoirlac.fr / 02 48 62 01 01.



Epau : visites guidées thématisées

Tout au long de l’année, des visites guidées pour les groupes (< 15 personnes) sont organisées par des médiatrices culturelles attentives à toutes vos questions. Partez à la découverte de l’histoire fascinante de l’abbaye. Différentes thématiques sont proposées tels que : L’histoire de l’abbaye au travers des siècles, l’évolution des jardins d’hier et d’aujourd’hui, visite dégustative mais aussi des visites guidées concernant les expositions temporaires (Bande-dessinée et photographies). Pour les visites individuelles : de septembre à juin : les week-ends à 11h et 16h. Tous les jours en juillet/août à 11h et 16h. Nos visites guidées thématiques individuelles. Au lever du jour ou à la tombée de la nuit, profitez d’un moment de calme dans un lieu unique. Visites matinales samedi 27 juillet et samedi 10 août. Visites nocturnes mardi 9 juillet et mardi 20 août. Informations et réservations epau.acceuil@sarthe.fr et 02.43.84.22.29



Abondance : Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins

Ouverture gratuite : de 9h30 à 12h et de 14h à 18h. Samedi 22 juin 14h30 La visite des tout petits à l’abbaye. 16h00 Visite commentée du cloître et ses peintures murales. De 14h à 18h : Après-midi jeux en famille pour découvrir l’offre « famille » des sites culturels de la vallée d’Abondance. Dimanche 23 juin toute la journée : Exposition éphémère – « Fragments de Paysages » par Aubin Chevallay. 11h Visite commentée du cloître et ses peintures murales. 14h Visite insolite et participative « de fond en comble » – Les charpentes du monastère. 16h30 Visite commentée du cloître et ses peintures murales



Abondance  : « En quête de pierres »

Parcours/enquête à l’Abbaye d’Abondance. Aidez le tailleur de pierre à trouver la roche idéale pour la réalisation de sa fontaine. Parcours ludique en autonomie, à réaliser en famille par équipe de 2 à 5 personnes. De mai à septembre – Tous les jours sur demande.

Tarif : 5€ gratuit pour les moins de 6 ans



Renouvellement de la marque QUALITE TOURISME™ à Aulps !

Le vendredi 22 février 2019, le préfet de Haute-Savoie, Pierre LAMBERT, a remis officiellement à Jacqueline GARIN, présidente de la communauté de communes du Haut-Chablais, le document attestant du renouvellement de la marque QUALITE TOURISME™ pour le Domaine de découverte de la vallée d’Aulps, sur le site de l’abbaye d’Aulps, en présence de nombreux élus et personnalités du territoire. Cette décision fait suite à un audit réalisé en octobre 2018 par la Fédération des écomusées et des musées de société, délégataire de la marque pour les lieux de visite, qui a relevé un taux de conformité de 95,10% sur une grille d’évaluation de 374 critères, avec différents chapitres comme la réservation, la signalisation, l’accueil, les services aux publics, les supports de communication, le programme culturel, l’accessibilité, le développement durable,… La moyenne nationale de la filière lieux de visite, étant de 91,71% et la moyenne régionale de 91,01%, ce résultat récompense les efforts réalisés quotidiennement par une équipe restreinte mais enthousiaste et motivée. Obtenue en 2012, la marque la marque QUALITE TOURISME™ avait déjà été renouvelée en 2015. Rappelons que la marque QUALITE TOURISME™ a été créée par l’Etat garantissant un accueil et des prestations de qualité afin de toujours mieux recevoir les touristes et d’améliorer la qualité des prestations touristiques en France en fédérant sous un même symbole toute la chaine d’accueil touristique. Les prestations sont soumises à une évaluation indépendante sous forme de visite mystère.



Le Val : COLLECTA – Archive numérique de la collection de François-Roger de Gaignières

Pendant près d’un demi-siècle, l’antiquaire François-Roger de Gaignières (1642-1715), passionné par l’histoire de la noblesse et de la monarchie française, a parcouru la moitié nord de la France actuelle à la recherche de preuves historiques. Soucieux de décrire et de conserver sur le papier la trace d’un monde qui pourrait disparaître, avec son copiste Barthélemy Rémy et son dessinateur Louis Boudan, il a dépouillé inlassablement les chartriers des châteaux, des abbayes et des chapitres, fait copier et relever des centaines de milliers d’actes, de titres et de monuments (tombeaux, épitaphes, plaques de fondation, vitraux, sceaux, tapisseries, etc.), constituant ainsi une collection documentaire exceptionnelle sur les époques médiévale et moderne. Le site Collecta (https://www.collecta.fr/) construit à partir des anciens inventaires dressés du vivant de Gaignières propose une reconstitution virtuelle de la totalité de la collection dispersée en 1715. Il permet de retrouver le système classificatoire d’origine et d’offrir un accès facilité aux documents conservés numérisés en lien avec les sites des institutions détentrices. Aussi peut-on découvrir sur Collecta le recueil de chartes copiées par Gaignières lors de son séjour en 1693 à Notre-Dame du Val et visualiser l’ensemble des dessins de tombeaux autrefois dans l’abbaye. Anne Ritz-Guilbert (École du Louvre)



Epau : étude et restauration de l’Abbaye

Courant février l’Abbaye royale de l’Epau a accueilli Jean-Yves Hunot, archéologue du Centre de conservation et d’étude archéologique du Maine-et-Loire, à propos de l’étude archéologique des charpentes de l’abbatiale. Cette étude vise à comprendre la structure et l’organisation des charpentes. L’archéologue utilise la technique du carottage pour extraire des carottes dans les poutres. Sur les cinq ensembles qui forment la charpente, environ 70 carottes ont été prélevées.

Les carottes subiront ensuite une intervention dendrochronologique. Ce procédé permettra de certifier la chronologie de construction de l’église et de l’abbaye, notamment grâce aux cernes de l’arbre qu’elles mettent en évidence. Il serait alors possible de connaître les dates d’abattage des arbres et savoir si la charpente a été construite en plusieurs fois et si l’échéance s’étale sur quelques mois ou quelques années. Les aboutissants seront ensuite répertoriés et serviront à enrichir les bases de données dans le cadre d’études ultérieures sur d’autres sites. Cette étude est réalisée en parallèle d’une étude sur le gisant de la reine Bérengère en vue de son déplacement dans les mois à venir et de l’ancienne bergerie avant sa restauration.



Clairvaux et l’Histoire

Il est peu de sites qui incarnent un moment symbolique de l’histoire de France, comme Alesia pour l’époque gauloise, Versailles pour l’absolutisme royal, Paris-la-Bastille pour la révolution, Verdun pour la Grande guerre. Grace à saint Bernard, Clairvaux incarne l’univers des moines au Moyen Age en partage avec Cluny et Saint-Denis. Voilà qui oblige et conduit à poursuivre un long travail commencé dès 1990 avec le premier colloque jamais monté sur l’Histoire de Clairvaux. C’est ainsi que nous proposons une conférence sur un pan de l’histoire de l’abbaye à chacune de nos Matinales des mois d’été. En ce début d’année 2019, nous avons consacré une journée au lancement du livre « Clairvaux en guerre, 1937-1953 ». Puis nous allons découvrir le troisième volume des Actes des colloques que nous avons montés en 2015 pour célébrer le neuvième centenaire de l’Abbaye et dont les Archives départementales de l’Aube assurent magnifiquement la publication.

Ce volume, publié sous la direction du Professeur Paul Benoit, est consacré à l’industrie cistercienne et particulièrement à celle de Clairvaux. Enfin, nous présentons à nos visiteurs le web-documentaire, « le cloitre et la prison », qui constitue une étape fondamentale du parcours de recherche historique qui nous associe depuis 10 ans aux Universités de Reims et de Paris-Sorbonne, au CNRS et à l’EHESS. Cet extraordinaire document (plusieurs heures d’images et de textes) complète les trois gros volumes sur les enfermements monastiques et carcéraux déjà publiés qui marquent eux aussi notre implication dans la recherche historique.



Trois-Fontaines : le plus beau timbre de France

En 2018, à l’occasion du 900e anniversaire de sa fondation, l’abbaye de Trois-Fontaines avait obtenu l’émission d’un timbre officiel national de La Poste. Émis en 800.000 exemplaires, ce timbre se retrouve candidat dans l’élection du plus beau timbre 2018. En effet, depuis 1990, La Poste demande aux collectionneurs et au grand public français et européen de voter pour élire le plus beau timbre de France.

Pour recueillir le plus grand nombre d’avis, le vote se déroule sur internet sur le site www.electiondutimbre.fr jusqu’au 13 avril 2019. Pour voter, il suffit de choisir son coup de cœur dans chacune des cinq catégories proposées : les timbres, les blocs de timbres, les carnets de timbres, les collectors thématiques et les oblitérations. L’Abbaye de Trois-Fontaines est candidate dans 2 catégories : Catégorie Timbre mais aussi Catégorie Oblitération Premier Jour. Ce concours est une nouvelle occasion de mettre en lumière au niveau national ce merveilleux patrimoine cistercien 9 fois centenaires. Timbre Abbaye de Trois-Fontaines – Marne 1118-2018. Création graphique de Roland Irolla, d´après une photo de © Aurélie Boileau, mis en page par Marion Favreau.



Editorial

Chers adhérents,

Les 14 et 15 janvier, vos administrateurs se sont réunis dans un climat studieux et positif. Les travaux des ateliers ont débouché sur des décisions selon quatre axes stratégiques :

C’est le résultat du travail de votre Conseil d’administration, engagé depuis mars 2018 dans un processus de réflexion à spectre large portant sur l’avenir de l’association. Alors que l’environnement de nos sites change, la Charte plus que jamais constitue un outil privilégié pour cet héritage cistercien européen hors du commun. La Charte est une plateforme de coopération qui existe par vous et pour vous. C’est un espace ouvert, à votre disposition pour contribuer à sa sauvegarde et à sa mise en valeur. Que vous soyez propriétaires, gestionnaires ou animateurs d’abbayes ou de sites, la Charte offre à chacun la possibilité de nouer des liens avec d’autres adhérents, d’affermir vos connaissances historiques, ou de favoriser le dialogue avec les institutions locales, nationales ou européennes.

Nous souhaitons encourager les interactions et les synergies au plan territorial ou thématique. Nous souhaitons promouvoir ces liens entre adhérents dans un esprit coopératif libre et constructif, en reprenant cet adage : « La volonté de quelques-uns est supérieure à la somme de la volonté de chacun. »

Adoptées alors, ces décisions seront au premier plan de notre prochaine Assemblée générale (abbaye de Timadeuc en Bretagne – France, le 5 octobre). Auparavant, entre mars et juin, comme je vous l’ai déjà annoncé, nous allons essayer nous efforcer de réunir le plus grand nombre d’entre vous dans vos territoires. Ces rencontres auront pour but de vous présenter le résultat de nos réflexions et décisions ; elles seront un moment privilégié pour faire plus ample connaissance et échanger nos points de vues.

Vous connaissez la dispersion géographique des abbayes. Nous ferons le maximum pour que les distances vous séparant du point de réunion soient les plus courtes possible. Hélas, nous ne ferons pas de miracles, car nous n’avons pas les moyens humains pour trop démultiplier les lieux de rassemblement. Ces rencontres seront aussi l’occasion de partager un déjeuner. Le Conseil est mobilisé sur cette action et je ferai en sorte d’y être présent au maximum. Vous recevrez une invitation dans les prochaines semaines, et je compte sur votre participation. Très cordialement.

François Launay

Président de la Charte