Villers (Belgique – Wallonie) : Coronavirus : après deux mois de fermeture…

L’abbaye a été fermée à la visite à partir du 13 mars. Le personnel technique a continué à travailler durant cette période dans le respect des règles de distanciation sociale pour l’entretien du site et les semis et plantations. Le personnel administratif a été en télétravail et au chômage partiel pour force majeure. Il a géré tous les reports des activités (annonces, remboursements, contact avec les organisateurs, refonte du calendrier du second semestre), développé toutes les actions de promotion possibles qui nous ont permis de garder une visibilité dans cette période de confinement (« l’abbaye à la maison » avec podcasts, vlogs, nouveaux contenus (plantes, pierres sculptées, vidéos extraites de la tablette tactile,…), dossiers pédagogiques du maternel au secondaire, photos de mariage à l’abbaye sur Facebook, carnet jeu adapté au confinement, communiqué de presse, etc.) et a planché sur les projets futurs à court et moyen terme (reprise de l’horeca, atelier yoga, rétromobile, carrément bière, concerts Suarez et Hoverphoonic, festivités médiévales, expo Villers en noir et blanc, e-shopping, intranet de la Charte, projet de l’hologramme et de la route des abbayes entre Villers, Clairvaux et Alcobaça, réalité virtuelle dans les écoles et homes, reconstitution d’une clepsydre, encodages au centre de documentation scientifique, etc.). Après une fermeture totale pendant deux mois, le site a rouvert ses portes aux visiteurs le 18 mai dernier. Un nouveau circuit de visite a été conçu qui évite les croisements des visiteurs et certaines salles du centre du visiteur, jugées trop exiguës, restent encore fermées à la visite à ce jour. Bonne nouvelle : depuis la réouverture le nombre de visiteurs est en croissance par rapport à l’an dernier ! Sans doute l’aspect « parc en plein air » joue-t-il son rôle naturellement attractif en ces circonstances inédites…

Lumière sur les vitraux de Fontfroide

Visite thématique avec exposition. Juillet, août, septembre, le dimanche à 14h. Suivez le parcours exceptionnel de Richard Burgsthal, peintre, musicien et maître-verrier de Fontfroide qui fit entrer grâce à ses vitraux une véritable ‘Symphonie du Feu’ dans l’abbatiale de Fontfroide.

L’Abbaye d’Abondance a rouvert ses portes dès le 30 mai

Abbaye d'Abondance

Après une période de télétravail mise à profit pour développer la médiation culturelle sur les réseaux sociaux et poursuivre le travail en réseau, le retour sur site a été consacré à la mise en place d’un plan de réouverture au public. Un circuit est fléché pour éviter les croisements et les gestes barrière sont appliqués sur le site (distances de sécurité, gel hydro alcoolique et port du masque obligatoire). Le parcours reste inchangé, le visiteur a accès au cloître orné de peintures murales du 15e siècle, à l’exposition « De l’histoire à l’art patrimoines sacrés en vallée d’Abondance », située dans une partie de l’ancien monastère et à l’église abbatiale. Les visiteurs ont la possibilité de flasher un QR Code afin de pouvoir consulter le livret de visite directement sur leur smartphone (lecteur de QR Code à télécharger un dans le store). Pour ce qui est de la médiation, nous avons réalisé quelques adaptations en ce qui concerne les outils ludiques afin de limiter les manipulations et si l’exposition temporaire a été reportée à l’été prochain, à ce jour la plupart des animations sont maintenues.

In memoriam André Matthys : ami de Clairefontaine et de l’archéologie

Le 5 mai dernier, André Matthys est décédé à l’âge de 75 ans. Les Amis de l’Abbaye Noble de Clairefontaine (Amanoclair) pleurent ainsi le décès d’un de leurs membres. Diplômé en histoire et en archéologie, il fut l’élève de Joseph Mertens à l’Université catholique de Louvain. De 1991 à 2007, André Matthys fut le premier Inspecteur général du Patrimoine de la Région wallonne. Il parvint à faire du Patrimoine un moteur important de la Wallonie. Grâce à lui, un chantier de fouilles archéologiques de plusieurs années a été rendu possible à Clairefontaine, sous la direction de son ami, l’archéologue Johnny De Meulemeester. En l’an 2000, à l’occasion de l’inauguration de la chapelle Notre-Dame du Bel-Amour restaurée, André Matthys représentait à Clairefontaine le ministre du patrimoine, au nom duquel il prononça un discours. Suite à ces différents chantiers, André Matthys était devenu un membre incontournable d’Amanoclair, qui ne manquait pas de prodiguer ses précieux conseils dans l’intérêt de l’association. André Matthys était également un homme jovial et empathique, grand amateur de bonne chair. Il saluait indifféremment l’ouvrier et le directeur, faisant preuve d’une égale sympathie à leur endroit. Il était animé d’un véritable esprit humaniste.

Conservation of the tomb of the Kind D. Pedro I (Monastery of Alcobaça, Portugal)

Celebrating 30 years of the Monastery of Alcobaça as a World Heritage Site, the Ministry of Culture/ Directorate General of Cultural Heritage and the Monastery of Alcobaça began the intervention of conservation and restoration of the tomb of King Pedro I (1320-1367), which, together with the tomb of Inês de Castro, the two most famous lovers of the portuguese culture, constitute masterpieces of the 14th century European gothic funerary sculpture and one of the main attractions of this monument, masterpiece of the cistercian art and architecture. The inclusion of these two tombs in the application presented to UNESCO, was fundamental to the decision of the World Heritage Committee to inscribe the Monastery of Alcobaça in the World Heritage List in 1989. The intervention takes place in the church, where the tombs are, in a “open to the public” regime (ending july 2020), so that all visitors can watch the work in progress, and represents an investment of more than twenty thousand euros in conservation works.

Deux expositions photographiques en plein air à l’abbaye de Villers (été 2020)

L’épidémie du Covid-19 et les contraintes qui y sont liées ont nécessité une refonte du programme des manifestations de l’été 2020 à l’abbaye de Villers. Dans ce cadre, l’asbl propose aux visiteurs de découvrir deux expositions photographiques en plein air. Du 16 juin au 31 août, l’Abbaye accueille l’exposition « Villers en noir et blanc. L’Abbaye sous l’objectif des photographes de la Belle Époque ». Vingt-cinq panneaux in situ et en grand format (1m/1m50) reproduisent les clichés à l’endroit même où ils ont été pris jadis, au tournant des 19e et 20e siècles. Visiteuses en grande toilette flânant dans le site, végétation sauvage triomphant au milieu des débris de l’Abbaye, bâtiments se dégradant lentement dans l’attente de leur restauration. C’est toute une atmosphère fin-de-siècle qui émerge de ces vieilles photographies.

(suite…)

La Charte de Charité à l’honneur à l’abbaye de Cîteaux

Suite aux 900 ans de la Charte de Charité en 2019, l’abbaye de Cîteaux renouvelle son espace d’exposition permanente avec un thème d’actualité : la gouvernance cistercienne. Intitulée « Bâtir la paix mutuelle, gouverner par la Charité : idéal et réalités », cette nouvelle réalisation explore les rouages qui ont fait le succès des moines cisterciens dans la construction du premier Ordre monastique juridiquement constitué. Les filiations, le chapitre général et la visite régulière y sont évoqués au moyen de documents d’archives et de photographies modernes. Ce dialogue entre le passé et le présent d’une famille de monastères illustre comment cet Esprit, irrigué par la Charité, s’est adapté aux temps mais ne s’est jamais perdu. Le personnage d’Étienne Harding, 3e abbé de Cîteaux et auteur présumé de la Charte de Charité, y trouve une place de premier plan. Cette exposition tient place dans le Définitoire, bâtiment classé du 17e siècle emblématique du gouvernement cistercien. En son sein, les abbés dits définiteurs travaillaient collégialement à régler les affaires de l’Ordre. Ils y légiféraient et rendaient la justice lors des Chapitres généraux annuels qui se tenaient à Cîteaux. En raison de sa fonction unique, le Définitoire devrait bénéficier d’une restauration dans les années à venir. Vous pouvez découvrir cette exposition dans le cadre des visites guidées de l’abbaye, à partir du 26 juin. Détails et réservations sur le site www.citeaux-abbaye.com, par mail à visites@citeaux-abbaye.com ou par téléphone au 03.80.61.32.59. »

Erfahrungen in « Heisterbach » mit der Corona-Pandemie

Die 4 geplanten Konzerte in der Reihe „Klassik in der Scheune“ (von Ende April bis Mitte September 2020) wurden alle abgesagt. Das vorgesehene Konzertprogramm wird in 2021 aufgeführt werden. Die betroffenen Musiker haben alle eine Festanstellung, so dass von Seiten der Stiftung keine Ausfallgebühren gezahlt werden mußten. Andere „Amateur-Orchester“, die die Scheune für ihre Auftritte gebucht hatten, haben ebenfalls ihre Veranstaltungen abgesagt. Das trifft die Stiftung insofern, dass ihr die Mieteinnahmen fehlen mit denen sie auch „hochqualifizierte“ Musikdarbietungen finanziell unterstützen kann. Andere kulturelle Veranstaltungen, die im Freien vor der Chorruine geplant waren (z.B. zum Beethoven-Jubiläum in Bonn und Umgebung) sind ebenfalls abgesagt und werden in 2021 aufgeführt werden. Auch hier entstand kein finanzieller Schaden, da diese Projekte sich meist noch in der Vorbereitungsphase befanden.

Besichtigungen

Die Besichtigung der ehemaligen Abtei war jederzeit uneingeschränkt möglich, da laut Notariatsakte von 1919 (!) jedem jederzeit der Zugang zu diesem Denkmal der „Rheinromantik“ gewährleistet werden muss. Deshalb dort auch kein „Eintrittsgeld“ verlangt werden – d.h. jeder kann das Klostergelände mit der Chorruine auch Nachts betreten und besichtigen. Und genau das war ein Problem, denn die ehemalige Abtei Heisterbach liegt im Naturpark Siebengebirge, dem Naherholungsgebiet für die Städte Bonn, Köln und Düsseldorf und bietet zudem einen der wenigen kostenfreien Parkplätze. An den Wochenenden herrschte in Heisterbach ein reger Wanderbetrieb – vielleicht noch mehr als sonst, weil alle anderen Ausflugsmöglichkeiten nicht zugänglich waren.

Ausstellung in der Zehntscheune und Führungen

Die Ausstellung in der Zehntscheune zur Geschichte der Zisterzienser und die Führungen durch das Klostergelände mussten abgesagt werden. Vor allem, weil die Personen, die die Führungen leisten oder die Aufsicht in der Scheune machen vom Alter her zur Hoch-Risiko-Gruppe zählen. Unabhängig von der Pandemie werden wir von Seiten der Stiftung Überlegungen anstellen müssen, wie wir jüngere Menschen zum ehrenamtlichen Dienst am Kulturdenkmal „Heisterbach“ gewinnen können.

Gastronomie „Klosterstube“

In der „Klosterstube“ hat es wohl während der Pandemie durch die Schließung für die „Wanderer“ die meisten finanziellen Einbußen gegeben. Dies scheint aber auch nicht tragisch gewesen zu sein, da die Küche der Klosterstube in erster Linie für die Versorgung der zur „Marienborn GmbH“ gehörenden Altenheim und Krankenhäuser auf dem rechten Rheinufer zuständig ist. Die „Klosterstube“ ist sozusagen ein Nebenerwerb. Der erlittene Verlust läßt sich für die Betreiber verkraften.

Altenheim „Kloster Heisterbach“

In dem von der „Marienborn GmbH“ betriebenen Altenheim in Heisterbach hat es bislang keine COVID-Infektionen gegeben. Lediglich ein Mitarbeiter für die Pflege der Aussenanlagen wurde als „infiziert“ identifiziert und ist mittlerweile genesen. Heisterbach liegt im Gebiet der Stadt Königswinter. Hier hat es bis heute (1.6.20) 1008 COVID-Fälle gegeben, 1006 sind genesen und es gab keinen einzigen Todesfall.

Fazit

„Es hätte auch schlimmer kommen können …“, z.B. dann, wenn wir Honorarkräfte für Führungen und Aufsicht über die Scheune engagiert hätten. Die „Heisterbach-App“ ermöglicht es jedem Besucher die Klosterstätte und ihre Umgebung auch digital zu erkunden.

Fontfroide la nuit

La nocturne en Son & Lumière. 3 juillet au 29 août, du mardi au samedi, à 22h. A la nuit tombée, l’Abbaye de Fontfroide offre une autre dimension et ouvre ses portes pour un parcours nocturne en Son & Lumière. Une invitation à un voyage initiatique et poétique, une balade libre mise en scène dans une ambiance sonore et visuelle.

Abondance : L’atelier des arts : la fresque

Les peintures murales du cloître font la renommée de l’Abbaye d’Abondance. Pour mieux les explorer, tends l’oreille et découvre les aventures de Léonardo, jeune apprenti fresquiste, qui au début du 15e siècle séjourna ici, à Abondance, tandis qu’il accompagnait son maître et apprenait le métier. A ses côtés, franchis les siècles et imprègne-toi de son mode de vie, il te dévoilera tous les secrets de réalisation des peintures. Tu pourras ensuite, en reprenant ses gestes, réaliser les étapes nécessaires pour donner naissance à une esquisse. Les mercredis 15/07/2020 et 29/07/2020, 12/08/2020 et 26/08/2020 de 10h à 11h30. 6 / 12 ans – Tarif : 6 €. Sur réservation au 04.50.81.60.54