Villers : la dendrochronologie et l’archéologie du bois à l’IRPA, bilan et perspectives

Jeudi 29 novembre à 18h30. La dendrochronologie (du grec dendron : arbre, chronos : temps et logos : science) est une méthode de datation du bois basée sur l’étude des cernes de croissance annuels de certains arbres (chêne, hêtre, résineux…). Elle détermine à quelle époque – à l’année près, dans le meilleur des cas – un arbre a été abattu et utilisé en architecture, menuiserie, ébénisterie, lutherie… Cette méthode d’analyse s’applique à divers domaines : le patrimoine mobilier (peintures sur panneaux ; sculptures en bois ; instruments de musique à cordes ; ais de manuscrits ; objets mobiliers tels que châsses, coffres, stalles…) ; le patrimoine architectural (charpentes et pande-bois ; planchers, lambris et plafonds ; escaliers, fenêtres, portes, boiseries…) ; le patrimoine archéologique (vestiges de construction (habitation, pont, port…) ; artéfacts ; embarcations ; tonneaux, puits…). Les apports d’une analyse dendrochronologique dépassent la simple datation. En datant un élément en bois, la dendrochronologie spécifie, entre autres, la provenance géographique de l’arbre utilisé, permettant ainsi la reconstitution des réseaux de commerce de matière première. De plus, une étude dendro-archéologique permet de restituer les anciens savoir-faire des artisans du bois, fournit des indications sur la gestion forestière, la sélection de la matière première… Le laboratoire de dendrochronologie de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique a vu le jour dans les années 1970s. Il est aujourd’hui sous la responsabilité du Dr. Pascale Fraiture.

Herkenrode : carte des abbayes cisterciennes du Bénélux

Comme annoncé lors de la journée d’étude des abbayes cisterciennes, anciennes et actuelles, au Bénélux, le 17 mars 2017, l’asbl Herkenrode a pris l’initiative de réaliser une carte du Benelux contenant des informations sur les abbayes cisterciennes : les abbayes “vivantes” où résident encore des moines et des moniales et des anciennes abbayes dont d’importants bâtiments ont été préservés. Cette carte vient d’être réalisée. Lors de voyages à travers le Bénélux cette carte permettra de visiter toute abbaye ou site dans les alentours. Les abbayes dont il ne subsiste rien ne sont pas enregistrées. La carte mentionne environ 60 abbayes. Vous pouvez commander plusieurs exemplaires de la carte, nous vous proposons de les distribuer sous forme de cartes promotionnelles sur votre réseau. Nous prenons uniquement les frais de transport. Informations : Herkenrode – Irene Bien irene.bien@telenet.be

Fontenay : messe de la dédicace

Cette année voit fêtés les 900 ans de la Fondation de l’abbaye de Fontenay. En voisine, j’ai assisté à la Messe de Dédicace célébrée à Fontenay dimanche dernier par Mgr Minerath, évêque du Diocèse de Dijon, concélébrée par le Père Abbé de Citeaux Dom Quénardel et le curé de la paroisse de Montbard. La messe était célébrée également à la mémoire de François Aynard dont le souvenir reste encore très vivant. Un chœur grégorien européen s’était formé pour l’occasion, réuni pendant 4 jours à Fontenay pour répéter. Un petit groupe de cinq cisterciennes s’était mêlé au chœur composé de laïcs, de l’abbaye de Boulaur, sous la houlette de leur mère abbesse Mère Emmanuelle. La nef était remplie. Le soir, ce sont les Vigiles de saint Bernard qui ont été chantées. Ce fut un vraiment un très beau moment. Nous nous sommes entretenus avec Mère Emmanuelle. Sa communauté de 35 religieuses vit sur un site fontevriste. J’ai appris à cette occasion qu’elles étaient les seules à encore chanter le « Cistercien » et non le Grégorien. Saint Bernard avait fait des transformations et des épurations (dont chacune avait également un sens spirituel) du chant grégorien, associées à un mode modal, ce qui donne de légères variantes dans les hymnes. Pratique abandonnée par la plupart des communautés après Vatican II. Agnès Desjobert (Abbaye de La Prée).

Symposium : “Geistliche Frauen im Mittelalter – Die Zisterzienserinnen in Heiligkreuztal”

26.07. 2019, 10:30 Uhr – 27.07.2019, 19:00 Uhr. Aus Anlass der Weihe des Münsters Heiligkreuztal im Jahr 1319 findet vom 26. – 27. Juli 2019 eine wissenschaftliche Tagung zur Geschichte des Klosters Heiligkreuztal statt. Alle Interessierten sind eingeladen, daran teilzunehmen : Architekturgeschichte, Kunstgeschichte, Wirtschafts- und Sozialgeschichte, Spiritualität und Theologie, Begleitprogramm (Führungen, Musik: Kompositionen u.a. aus Lichtenthal). Kooperationspartner: Staatliche Schlösser und Gärten Baden-Württemberg, Akademie der Diözese Rottenburg-Stuttgart, Geistliches Zentrum Kloster Heiligkreuztal, Geschichtsverein der Diözese Rottenburg-Stuttgart, Gesellschaft Oberschwaben für Geschichte und Kultur, K-Punkt Ländliche Entwicklung im Kloster Heiligkreuztal, Stefanus-Gemeinschaft e.V. Anna- und Klosterfest am 28. 07.2019 (10 Uhr) Gottesdienst im Münster mit Bischof Dr. Gebhard Fürst. Festvortrag : Äbtissin Maria Hildegard Brem OCist., Mariastern-Gwiggen. In Heiligkreuztal kann man den Geist und die Geschichte der Zisterzienserinnen erfahren, die Schätze hinter den Klostermauern aufspüren und natürlich auch konzentriert arbeiten und tagen. Ein Aufenthalt an diesem historischen Ort der inneren Kraft und Besinnung schafft Raum zum Durchatmen und für Kreativität und neue Ideen. Hier ist Platz für alle, die außergewöhnliche Orte zu schätzen wissen. www.kloster-heiligkreuztal.com – Kontakt : Erik Thouet – ethouet@bo.drs.de

Preuilly 1118-2018 – Une redécouverte scientifique

Le mercredi 26 septembre 2018 l’auditorium du collège des Bernardins était plein. Avec leur éminent ami de toujours, Jean François Leroux, les fidèles de Preuilly, étaient venus en nombre écouter le bilan de 10 années de recherches conduites dans le domaine archéologique par François Blary (Université libre de Bruxelles) et dans celui du recollement des sources par Valentine Weiss (Archives nationales). Ils ont admiré les précisions étonnantes que les techniques permettent, aujourd’hui, de tenir pour acquises, grâce à la prospection géophysique ou à la dendrochronologie notamment ; ils ont apprécié les certitudes – l’ampleur des granges que possédait l’abbaye ou la provenance des pierres de l’abbatiale – mais aussi les prudences qui s’imposent quand on évoque les activités économiques appelées à changer au fil du temps. Deux sujets particuliers sont venus illustrer l’imprudence des affirmations mal fondées. Alexis Grélois (Université de Rouen) a présenté les textes qui permettent de contester la date de la fondation et le rang de Preuilly dans la filiation de Cîteaux ; probablement fondée en 1116 elle serait entrée en compétition avec Morimond qui lui aurait finalement ravi sa position originelle de quatrième fille. Quant aux propriétés parisiennes de l’abbaye, Valentine Weiss a montré combien leur emplacement avait été modifié, par suite de travaux, au cours des siècles.

III International Meeting of Cistercian Abbeys in Alcobaça

Monastery of Alcobaça [Portugal], November 23-24th, 2018. Promoted by the Directorate General of Cultural Heritage / Monastery of Alcobaça, with the objective of affirming this Cistercian Monastery (inscribed in the List of World Heritage – UNESCO) as an international reference space in the discussion on the management of Cistercian sites, the 3rd edition of this meeting has as theme « Beyond borders: the Cistercian heritage and the European cultural identity today ». Since the twelfth century the Cistercians developed an amazing action in the construction of the landscape and the cultural identity of Europe. Today, thousands of visitors cross borders to know this magnificent heritage that is part of their own identity. Being 2018 the European Year of Cultural Heritage, we intend to discuss the role of Cistercian sites in the knowledge and promotion of European cultural identity in the contemporary world. Managers of Cistercian abbeys from 8 countries, members of the European Charter of Cistercian Abbeys and Sites, and experts on European cultural routes are participating in the meeting. The Director of the European Institute of Cultural Routes (Council of Europe) and the Procurator General of the Cistercian Order will also be present. Registrations: visitas@malcobaca.dgpc.pt More information : www.mosteiroalcobaca.pt www.facebook.com/mosteirodealcobaca.monumentonacional/

Zdar : activités et projets

Le Festival KoresponDance de juillet a offert aux zdarois et aux visiteurs venus parfois de loin, un choix de spectacles de qualité, comme de coutume. La beauté et la variété du site est mis en valeur par les artistes, tels les mexicains de Foco Alaire venus en résidence pour créer leur spectacle en fonction des lieux ; et vice-versa, le site met en valeur leurs performances. Le succès des activités organisées en fin de semaine se consolide, plus de 3000 entrées pour la « journée à la campagne » du samedi 29 septembre, organisée cette année dans le grand verger, avec les démonstrations de techniques anciennes mais aussi modernes de foresterie, agriculture et pisciculture. Un des meilleurs chefs de la région réalisait ses recettes de carpes provenant du domaine, très appréciées, on peut espérer que cela incitera les clients à en acheter dans la toute nouvelle poissonnerie du domaine. Les enfants étaient particulièrement gâtés : promenade à dos de chameau, en calèche miniature attelée de Shetland, parcours d’obstacle par un lapin, pêche, tir au fusil (très sécurisé) et bien sûr les stands de gourmandises locales, sans parler des pommes du verger… Prochaines échéances : la journée des citrouilles le 27 octobre et le marché artisanal de Noël les 8 et 9 décembre. Photo : Fabrication de fromage de chèvre, fermière morave.

Zdar : un été faste

Les propriétaires du domaine, Constantin et Marie Kinsky, ont vu leurs actions récompensées : leur Musée de Nouvelle Génération a été classé second dans la liste des dix meilleurs musées de la République ; Marie a été élue « femme de l’année » par la Région, pour son action à la tête du Centre de développement chorégraphique SE-s-TA, créatrice et responsable du Festival de Zdar KoresponDance (le prochain à la mi-juillet 2019, notez la date). Suite de l’action débutée dès son arrivée en République tchèque, il y a plus de 20 ans, le SE-s-TA poursuit un triple objectif auprès du public et auprès des professionnels : initier un public (et les danseurs) à la danse contemporaine, alors qu’il a été formé pendant cinquante ans aux ballets classiques du Bolshoï (le Grand Frère) , mais aussi proposer aux spectateurs d’y participer, et de découvrir ainsi leurs propres possibilités créatrices ; créer une plate-forme de coopération, de concertation, de développement et de recherche pour les professionnels de la danse et des arts du vivant, à travers conférences et tables rondes (pas seulement à Zdar mais dans tout le pays et à l’extérieur), et séjours en Résidence à Zdar. Cet été, des compagnies et artistes du Ghana, du Mexique, d’Autriche, Bulgarie, France, Grande Bretagne, Italie et République tchèque y ont travaillé à leurs projets, principalement de danse mais aussi de théâtre, scénographie et photographie. (Photo : Le Ghana à Zdar juillet 2018)

Villers : le premier festival « Ombres et Lumières du Moyen Âge »

Le public en rêvait depuis longtemps. Le rêve est enfin devenu réalité ! Durant le WE des 14, 15 & 16 septembre 2018, l’Abbaye de Villers et la Guilde Saint-Louis ont coproduit le premier épisode Festival Ombres & Lumières du Moyen Age à l’Abbaye de Villers, un véritable retour dans le temps. Le public s’est retrouvé immergé en plein Moyen Age au milieu des moines et des chevaliers et dans des bâtiments d’époque. Quel lieu le plus adéquat pour ce type d’événement ? La mise en scène était importante : près de dix campements de compagnies européennes se sont établis, soit un déploiement de près de 100 personnes dans l’Abbaye. 6720 personnes ont participé à cette première édition.

900 ans d’histoire à l’abbaye de Preuilly

Quelle que soit la date exacte de la fondation de Preuilly, 1118 ou 1116, Preuilly aura fêté son neuf centième anniversaire en 2018. Trois jours de fêtes inoubliables, partagées par près de 4000 personnes : des écoliers, conduits par leurs maîtresses, qui ont eu pour eux seuls, le vendredi, toute une journée d’ébats en terre médiévale ; des visiteurs qui se sont attardés, le samedi, accompagnés de ménestrels, autour des stands, des vols de gerfauts, des archers, des arbalétriers, des Templiers… ; des pèlerins qui, le dimanche, ont prié Notre Dame de Preuilly dans l’ancienne abbatiale avant de savourer, sur la prairie, une écuelle de lentilles bio façon Gargantua… le style était médiéval, évidemment, le soleil d’une douceur incomparable en ce début d’automne, tel que d’autres en ont bénéficié et tel que d’autres encore en ont éprouvé les sinistres contre coups … En revanche ce qui fut vraiment exceptionnel, et digne d’être célébré, c’est l’harmonie rayonnante et conviviale d’une population composite, venue de tous horizons, qui s’est trouvée unie dans une fraternité généreuse et proprement monastique. Celle du don de soi ; chacun selon ses talents ; sans exclusive. Quand les portes se sont fermées, vers 18 heures, les pierres vibraient, silencieusement et pour longtemps, de ce précieux bonheur.