AG de BRONNBACH (23 avril 2016)

Article classé dans Vie de la Charte.

Présents : D. Mangeot (Fontmorigny), JF Leroux (Clairvaux), F. Launay (L’Aumône/Petit Cîteaux), G. Kalckert (Heisterbach), D. Colling (Clairefontaine Arlon), A. Dotti & S. Testa (Chiaravalle della Colomba), C. Déom (Clairefontaine Cordemois), A. Desjobert (La Prée), W. Osswald (Sao Cristovao de Lafoes), G. Yde Iversen (Logumkloster), J. Pont (Piedra), I. Bien (Herkenrode), M. Durand (Pontigny), B. Lucrot (Collège des Bernardins), H. Chitra (Zdar), J.-L. de Lagausie (Fontfroide), G. Weierich (Ebrach), P. Braun (Maulbronn), M. Latour (Morimond), P. Van Schoors (Roosendael), E. von Freyberg (Preuilly), N. Bricou (grange de Beauvais), J. Bertrand (ND du Bosquet), N. Boucher (Signy), M. Dubuisson & P. Fautré (Villers), V. Boulez (La Paix-Dieu), A. Pagara (Alcobaça), I. Silva (Coz), B. Stolpiak (Bierzwnick), A. Ruhlmann (ND du Val), M. Krause (Neukloster), M. Wagner (Bronnbach), R. Huppenbauer (Pforta), O. Destouches (L’Etoile), J. Urbach (Anrode), W. Willig (Frauental).

Sites représentés : Altenberg, Valloires, Bebenhausen, Bonport, Valmagne, Saint-Maurice, Sturzelbronn, Koad Malouen, Fontaine-Guérard, Herrenalb, Maubuisson, Buch, Vaucelles, Escaladieu, Vauluisant, Vignogoul, Outre-Aube, Aulps, Loc-Dieu, Clairmont, Schöntal, Salem, Oia, Auberive, Beaumont, Cellier de Colombé, médiathèque de Troyes, La Crête, Timadeuc, Breuil-Benoît.

1.      Rapport moral

Cette réunion est la 29e assemblée générale depuis la création de la Charte :

  •  1988 Pontigny
  • 1989 Vauluisant
  • 1990 Noirlac
  • 1991 Bénisson Dieu
  • 1992 Clairvaux
  • 1993 Fontenay
  • 1994 Le Val
  • 1995 Vaucelles
  • 1996 Villers
  • 1997 Valasse
  • 1998 Cîteaux
  • 1999 Fontmorigny
  • 2000 Valloires
  • 2001 Sylvanes
  • 2002 Paris Hôtel Sully
  • 2003 Clairvaux
  • 2004 Cadouin
  • 2005 L’Epau
  • 2006 Herkenrode
  • 2007 Pontigny
  • 2008 La Ramée
  • 2009 Alcobaça
  • 2010 Bernardins
  • 2011 Maulbronn
  • 2012 Valmagne
  • 2013 Morimondo
  • 2014 Clairefontaine
  • 2015 Clairvaux
  • 2016 Bronnbach

La Charte représente à ce jour environ 200 abbayes ou sites adhérents dans 12 pays européens. Parmi les membres, trois sites sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cîteaux et les premières filles cisterciennes sont membres de la Charte

Ce qui nous rassemble est la préservation et la valorisation du patrimoine cistercien matériel et immatériel via un réseau européen. Ce réseau est basé désormais sur une Charte des Valeurs qui fixe un cadre pour l’échange et le partage, vise la préservation et la transmission d’une mémoire, et affirme une ambition européenne

Un certain nombre de services et d’outils sont fédérateurs :

Le site internet

  • Evolution de la fréquentation
    • 2012 : 28.539
    • 2013 : 27.976
    • 2014 : 30.518 (+9%)
    • 2015 : 38.266 (+25%)
  • Une version mobile pour smartphones et une base de données en intranet est en cours de réalisation

Les news

  • Bulletin 21 (juin 2015) : 16 abbayes contributrices – 36 actualités
  • Bulletin 22 (octobre 2015) : 25 abbayes contributrices – 48 actualités
  • Bulletin 23 (mars 2016) : 18 abbayes contributrices – 54 actualités

Le livre

La carte

Des sessions de formation

Des voyages d’étude

L’Assemblée Générale

Des ateliers de réflexion

La Charte a atteint les objectifs spécifiques qu’elle s’était assignée pour 2015. Outre le renforcement des liens avec les abbayes vivantes, elle a accompagné les évènements de « Clairvaux 2015 », dont on peut faire à présent le bilan :

– Cet anniversaire, reconnu commémoration nationale en France a été un grand succès scientifique avec trois colloques internationaux de haut niveau (le temps long de Clairvaux, l’industrie cistercienne et l’écrit cistercien) et des publications. Il a aussi été un grand succès culturel avec six expositions (deux à Troyes, quatre à Clairvaux), huit concerts dont une création (Philippe Hersant), dix conférences (Région Grand Est), l’AG de la Charte en juin et une réunion de la Famille cistercienne en août. Le succès a également été populaire puisque Clairvaux a connu une hausse de fréquentation de 70%. L’événement a vu un important engagement de l’administration et des politiques locaux (sénateurs, DRAC, Ministère de la Culture, Communauté de communes), une réelle coopération du clergé local (évêque et abbayes vivantes) et a marqué la reconnaissance de 35 ans de travail de Jean-François Leroux à Clairvaux. L’AG de Clairvaux a donc été réussie dans son organisation, dans ses propositions et ses relations avec les abbayes vivantes.

– A contrario, peu de nouvelles abbayes non membres de la Charte se sont manifestées en regard du nombre d’abbayes sollicitées. Seule une vingtaine, a répondu sur 1200 invitations ciblées. Peu de membres de la Charte ont participé aux colloques. La Charte reste donc limitée à son noyau dur, et le sentiment est que peu d’abbayes vont profiter des opportunités offertes par les organisateurs de Clairvaux 2015 (ex. exposition sur les 900 ans de Clairvaux). On a ici la démonstration des limites d’un système de projets présentés du haut vers le bas. Les abbayes restent essentiellement indépendantes dans leur choix de programmation.

Il a semblé au CA de la Charte que le moment était venu de faire le point sur nos forces et nos faiblesses et réfléchir à l’orientation que l’on veut faire dans les années à venir.

– Lancer de nouvelles initiatives dans le domaine de la recherche historique

– Engager des réflexions sur les modèles économiques, la sauvegarde du patrimoine monumental et les politiques culturelles

– Faire évoluer l’organisation de la Charte, communication et développement de l’association au niveau européen (choix des conférences de ce matin ont été provocantes et ont permis d’ouvrir le débat)

De Bronnbach 2016 à Noirlac (Noirlac, Fontmorigny, La Prée) en 2017, le débat est ouvert par le CA auprès de tous les adhérents sur la pérennité de la Charte :

–  Souhaitons-nous la pérenniser telle qu’elle est aujourd’hui ou devons-nous la faire évoluer ?

– Quelles sont les forces et les faiblesses du modèle des fondateurs ? Quel pourrait être le modèle de demain ? Le modèle de l’avenir est-il celui des adhérents d’une amicale ou d’une structure professionnelle ?

– Faut-il plus de coopérations et de mutualisations intellectuelles et financières pour faire aboutir des projets communs ?

– Si oui, seront-elles basées sur la proximité géographique, thématique, linguistique, juridique… ?

– Faut-il une nouvelle organisation de la Charte ?

Dans ce contexte, Matthias Wagner a créé une émulation par les conférences proposées avant l’Assemblée Générale sur « La mise en réseau des cisterciens au Moyen Âge et dans la Charte – une comparaison » (Prof. Dr. Helmut Flachenecker et étudiants), « Les produits d’abbayes sont-ils des „produits de mise en réseau“ pour les membres de la Charte en Europe ? » (Martin Erdmann (Waltrop), membre du réseau „Klosterland“), « Opportunités pour le patrimoine culturel à travers le tourisme culturel » (Dr. Karin Drda-Kühn, media-k), « Présentation de FRH (Future for Religious Heritage) et de l’outil „RELIGIANA“ www.frh-europe.org » (Michael Hore (London), Gestionnaire du projet RELIGIANA, Olivier de Rohan-Chabot (Paris), Président de FRH, Lilian Grootswagers (Bruxelles), Directrice de bureau FRH). Cela a permis d’ouvrir les débats.

2.      Echanges

M. Osswald (Sao Cristovao de Lafoes) :

– Il n’est pas besoin d’une nouvelle organisation de la Charte. Les principes sont intemporels, mais il faut changer beaucoup de choses, comme on a changé déjà depuis le commencement. La communication faite par le bulletin n’existait pas par exemple il y a 10 ans. Il faut changer les mutualisations intellectuelles. C’est un point très important. Il faut communiquer sur les réalisations régionales, mais toujours avec le sceau de la Charte. C’est une évolution saine, sans qu’il faille rien changer à l’organisation de la Charte.

– Le Président est en phase avec cette idée de développement. L’idée, c’est qu’on fasse vivre le réseau en expliquant ce qui se passe dans les différentes régions. Ex : colloques de la Bretagne, vente de produits monastiques, actions pédagogiques. Souvent les initiatives commencent aux portes de chez soi sans qu’on le sache, et des abbayes distantes de 30 km ne se parlent pas et ne mutualisent pas. Et il ne faut pas non plus obligatoirement des institutions intermédiaires pour initier des collaborations.

Matthias Wagner (Bronnbach) :

– Il faut mentionner quelques aspects des conférences du matin et de ce qu’on a entendu maintenant. Tempora mutantur et nos mutamur in illis. Les temps changent, et nous changeons avec eux. A présent qu’on est 200 membres il faut évoluer. Si on n’avance pas, c’est un problème. M. Wagner plaide en faveur d’une croissance lente. On devrait coopérer avec d’autres réseaux et se professionnaliser, simplement pour faciliter les choses pour nous, nous rencontrer avec plus de facilité et de tranquillité, nous fixer des buts clairs. On devrait étudier les thématiques proposées au matin. Et au final il est important que la Charte reste une famille.

– Le Président répond que si la perspective d’évolution est sur cinq ans, la discussion sur l’évolution de la Charte est prévue sur l’année qui vient. Pour que la famille reste, il faut resserrer les liens de temps en temps. Cela n’empêche pas à un groupe d’avancer, mais la Charte a une unité, et il ne faut pas lâcher cet aspect. Il est exceptionnel de réunir autant de membres avec des statuts si différents. Nous avons une façon de faire l’Europe qui correspond à sa réalité profonde. Mais effectivement les choses doivent évoluer, notamment avec les nouvelles formes de technologie. On ne peut pas se passer du temps de la réflexion d’un an.

FL Boucher (Signy) :

– On a exposé au matin différents outils de communication. Le bulletin a été conçu pour les membres de la Charte mais évolue et plus largement, la question se pose de la communication à faire vers l’extérieur. Est-ce que les moyens dont la Charte dispose déjà permettent de faire le relais pour des abbayes peu connues ?

– Le Président rappelle que tous les sites ont la même valeur à nos yeux, grands ou petits. Dans nos news, on retrouve d’ailleurs sur le même pied sites célèbres et méconnus. Ce qui nous intéresserait dans les news, c’est d’expliquer ce qui a marché ou pas. On ne communique pas de la même façon en interne qu’en externe. Est-ce que ça vaut le coup de communiquer en externe ou pas ? A titre personnel, le Président pense qu’après ce qu’on a entendu lors des conférences du matin, il est nécessaire de faire une communication en externe, sinon d’autres le feront à notre place. Mais contrairement à ce qu’on dit parfois, on a le temps. Les grandes structures technocratiques disparaissent avec le temps, pas nous.

Un intervenant germanophone :

– En Autriche il y a beaucoup de sites cisterciens. Pouvons-vous demander à l’abbé Muller qu’il fasse un peu de propagande pour nous.

– Georg Kalckert estime qu’il n’est pas facile de répondre. Il a eu des contacts, a voyagé, a toujours laissé des informations dans les abbayes, a parlé aux responsables. Il est difficile d’introduire notre système parce que les groupes là-bas sont très différents, en ce compris avec les abbayes vivantes.

Anna Pagara (Alcobaça) :

– Nous sommes dans un monde globalisé, avec des défis différents suivant les pays. A Alcobaça (300-400.000 visiteurs), Patrimoine Mondial et institution étatique, le monastère sert de clé pour la question de conservation culturelle. Pour nous, être dans la Charte c’est un honneur. Nous sentons cette responsabilité. Nous sommes aussi comme Charte un Itinéraire du Conseil de l’Europe et c’est une grande responsabilité. Il faut donc réfléchir sur ce qui a été dit ce matin. Par exemple, sur le tourisme culturel : le visiteur cherche surtout l’esprit des lieux, de la spiritualité, le sentiment de sérénité, de silence. Comme Charte nous devons prendre toutes les opportunités que nous avons pour faire passer notre message. Il faut être préparé pour le présent et pour le futur de notre association. Les défis du monde contemporain sont différents aujourd’hui d’il y a 20 ans, notamment avec les nouvelles technologies. Il faut entendre ce que le visiteur cherche quand il vient dans nos abbayes. La diversité est une force, mais la force de la Charte vient plutôt de son identité. Nous devons faire évoluer la Charte face aux défis du monde contemporain.

– Le Président remercie Alcobaça d’être là et est convaincu de ce qui est dit ici. C’est un choix d’avoir été dans les Itinéraires du Conseil de l’Europe, même si on peut être déçu par la technocratie du système. Il souligne qu’Olivier Destouches a coordonné dans ce cadre un travail pratique pour avoir des panneaux « Itinéraire culturel » à l’entrée des sites.

Alain Ruhlmann (abbaye du Val) :

– Puisqu’il faut faire savoir ce qui marche et ce qui ne marche pas dans le bulletin. Mais est-ce suffisant ? Il faudrait avoir de l’aide de la Charte pour des opérations ponctuelles, par exemple pour un marché monastique. Il faudrait avoir un outil comme une liste de diffusion décentralisée à laquelle chacun pourrait s’abonner. Le bulletin pourrait faire la synthèse des sujets débattus.

– Le Président rappelle que ce que la Charte peut faire, c’est faire connaître ce qui se fait dans les sites, puis c’est à chacun de chercher et monter des projets individuels ou entre abbayes.

Après ces échanges, le rapport moral approuvé à l’unanimité

3.      Renouvellement des administrateurs

Il faut apporter une correction dans le PV de l’AG du 19 juin 2015 (publié dans le bulletin n°22, octobre 2015). Sous la phrase : « Le vote porte sur six abbayes candidates au renouvellement : Villers, Clairvaux, Herkenrode, Collège des Bernardins, Valmagne, La Prée », remplacer « Valmagne » par « Maulbronn ».

Les abbayes de Heisterbach, Vauluisant, Pontigny, Valmagne et Clairefontaine sont candidates au renouvellement de leur mandat.

Les candidatures sont approuvées à l’unanimité.

 4.      Rapport financier

Jean-François Leroux présente les comptes de l’association (voir ci-joint). Il rappelle que 36 abbayes sont présentes et que nous disposons de 29 pouvoirs, ce qui permet les votes.

Le Président rappelle que la Charte soutient financièrement Clairvaux pour les cotisations, Villers pour le site internet et le bulletin et la Prée pour son accueil de réunions du CA et du Bureau. Il les remercie tous trois car les charges réelles encourues sont supérieures aux subsides reçus.

Les comptes sont approuvés à l’unanimité.

5.      Nouveaux membres

Depuis l’AG de Clairvaux, la Charte a accueilli neuf nouveaux membres :

  • Abbaye Notre-Dame d’Abondance (France, Haute-Savoie)
  • Le Pin (France, Poitou-Charentes)
  • Megemont (France, Auvergne)
  • Petit Fontenet (France, Bourgogne)
  • Anrode (Allemagne, Thuringe)
  • Marienthal/Sornzig (Allemagne, Saxe)
  • Frauental (Allemagne, Baden-Württemberg)
  • Valserena (Italie, Parme)
  • Coz (Portugal, Leiria)

 

Formation des guides et animateurs

Ce stage se déroulera en français à l’abbaye de Timadeuc du 22 au 25 novembre 2016. Le coût de ce stage est de 150€ par personne, hébergement, restauration et enseignement compris. Il est recommandé de s’inscrire dès que possible.

Principaux thèmes de conférences envisagés :

– L’esprit de la Règle de Saint Benoit (Père abbé ou son représentant)

– Le monachisme à travers les âges

– L’ordre de Cîteaux, filiations ; l’exemple de la Bretagne

– L’espace cistercien et l’économie cistercienne

– Les cisterciens et l’eau – l’hydraulique cistercienne

– L’architecture et l’art des cisterciens / l’architecture cistercienne en Bretagne

– Les moniales cisterciennes

– Les abbayes sans moines depuis 1790

– L’animation d’un site cistercien sans moine d’aujourd’hui – Les ateliers pour enfants

– La Charte des valeurs – Connaissance de la Charte

–  Une rencontre avec un frère de Timadeuc – La vie quotidienne d’un moine

L’accueil à l’hôtellerie monastique impose de suivre un certain mode de vie. On demande de respecter l’atmosphère de silence de l’abbaye, notamment dans les couloirs. La présence aux offices n’est pas obligatoire mais il est recommandé de suivre au moins un ou plusieurs offices spécifiquement monastiques, tels que complies.

L’Abbaye de Timaduec est située sur la commune de Bréhan (Morbihan – Bretagne).

Informations et inscriptions : Jean François Leroux ou Carine Masson – Abbaye de Clairvaux – 10310 Clairvaux – tél 03 25 27 52 55 – abbaye.clairvaux@orange.fr