- Abbaye

Loc-Dieu

 

Loc-Dieu appartient à l'origine à une série de monastères de Géraud de Salles. Fondée en 1123, elle tira son nom de l'exubérance de sa végétation qui abritait les brigands rançonnant la voie Rodez-Cahors. L'évêque de Rodez transformera en 1134 le «locus diaboli» en «locus Dei», le lieu de Dieu, Loc-Dieu. De spiritualité très proche des Cisterciens, les monastères de Géraud de Salles s'y rattacheront progressivement. Loc-Dieu le fera auprès de Pontigny avec sa maison-mère, Dalon en Limousin, en 1162. L'abbaye bourguignonne l'aidera à surmonter de grandes difficultés en envoyant ses maîtres d'oeuvre achever l'abbatiale en 1189. La nef, d'élévation romane, se termine par une voûte qui traduit l'apport du premier gothique en Midi-Pyrénées. Magnifique abbatiale en grès ocre, extraordinairement lumineuse et dépouillée. Le cloître, la salle du chapitre et les bâtiments monastiques actuels, dévastés pendant la guerre de Cent Ans, furent reconstruits et fortifiés en 1430/1470, leur donnant un aspect insolite de château-fort.

En mauvais état à la Révolution, ils furent vendus avec le domaine et utilisés comme bâtiments agricoles. Puis, à partir de 1840, la partie monastique fut consolidée, les étages peu à peu transformés en habitation familiale desservie par un vestibule monumental. L'abbatiale fut reconsacrée en 1897. Un parc romantique (1840/1890) contribue à faire de Loc-Dieu un havre de paix et de tranquillité, ce qui incita la «Joconde», les plus belles peintures du Louvre, leurs conservateurs et gardiens à s'y cacher pendant quelques mois en 1940.

www.abbayedelocdieu.com