- Abbaye

Barbery

 

Le Seigneur Robert Marmion fit don à l'abbaye de Savigny de terres au bord de la forêt de Cinglais. En 1177, la bulle d'érection, accordée par le Pape Alexandre III, institua Raoul Ier, envoyé de Savigny, premier abbé de l'abbaye de Barbery. Ainsi, Barbery devenait fille de Clairvaux. C'est vers 1639 que la réforme, connue sous le nom d'étroite observance, fut introduite par Dom Louis Quinet, l'un de ses abbés et confesseur du Cardinal de Richelieu. Malgré quelques retours du régime de la commende, Barbery fut désormais, jusqu'à la Révolution, un modèle de régularité cistercienne.

Les armoiries de l'abbaye sont «de gueules aux glands d'argent à la coque d'or» et «d'azur aux billettes d'argent sans nombre». A l'heure actuelle, le site monastique reste extrêmement parlant et très cistercien car l'abbaye se trouve au fond d'un vallon, adossée à la forêt, entourée de son mur de clôture et traversée par le petit ruisseau du Val Clair. Quant aux bâtiments, la Révolution a transformé cette abbaye en carrière de pierres et ainsi beaucoup d'édifices ont disparu.

Il reste aujourd'hui le pavillon d'entrée (XVIIIème) transformé en logis abbatial. Ce bâtiment fut achevé par l'abbé Louis-Auderic de Lastours vers 1730. Il comprend un corps de logis médian divisé en trois travées par de grands pilastres ioniques avec deux pavillons latéraux. Du cloître reconstruit au XVIIIème, subsiste une aile. Les piliers supportent des arcs surbaissés dont les clefs sont constituées par des têtes entourées de guirlandes de fruits. Il reste également un moulin, le vivier et un étang. Un grand bâtiment (XIIIème) de la basse-cour subsiste également à l'extérieur de l'enceinte.